Thème imposé: En 1914, j' avais vingt ans

Cadeaux pour mes vingt ans

En quatorze, à la ferme, la Guerre distribuait les cadeaux :
Arthur dit la Guerre à mon père,
je t’offre cette jambe taillée dans le tronc d’un chêne.
Et solide avec ça, tu pourras toucher du bois,
cela te portera chance.
Léon dit la Guerre à mon oncle,
je t’ai arraché la main droite jusqu’ au coude,
de toute façon, tu ne savais pas écrire.
Pour toi, Gabrielle, dit la Guerre à ma mère,
pour avoir ciré mes bottes,
avoir donné deux fils au champ de bataille morts pour la France
et élevé une belle fille à la chair fraîche pour nos soldats,
je te fais cadeau de tes cheveux blancs
et en prime une gerbe de nuits sans sommeil.
Pour tes vingt ans, Marcel me dit la Guerre,
je te laisse cet œil de verre en souvenir d’un éclat d’obus
qui a fait de toi une belle gueule cassée :
Ton jour de gloire est arrivé :
tu seras le numéro vedette dans un cirque
où l’on exhibe des cauchemars ambulants.
Au village, je ne laisse que trente orphelins,
une dizaine de maisons sans toit et les autres en ruine.
Au nom de la patrie, Marcel, je te laisse le pis des vaches tari,
les pommiers calcinés et ta sœur noyée au fond du puits.
Que la terre te nourrisse avec ses caillasses piégées de grenades
et t’allaite avec le lait des larmes.

Marcel