MIRADOR


Qu'allons-nous devenir? Oeils mornes, voyeurs de la réaliTV. Camisolés des paraboles, avons- nous perdu nos paroles? Pas plus de voix que les cendres dans l’urne.Consommateurs consumés,muselés devant les écrans plasma vampire.
A la une ce soir, flashs, attentats, crashs! Nous visionnons ce flux d’images de très loin, regard énucléé.

VGDV: vie à grande distance vaccinée, immunisée contre les cataclysmes. Gilet pare-choc autour du cœur.
Nous voyons le monde tomber. Nos âmes ankylosées se nourrissent de ruines. Mains claviers et la gangrène au bout des doigts. Scannés des pieds à la tête. Prunelles pixellisées.
Oreilles rivées au tocsin des sonneries, nous écoutons des voix de crécelles numérisées. Nous sommes nos propres scalpels, visages botoxés.
Nous laisserons-nous tentaculer par le chiendent rampant?
Savons-nous encore écrire sur une feuille un mot d’amour ou d’amitié ? Déverrouiller nos visages et sourire d’un franc sourire ? Tant nous sommes emmurés dans nos tours de haute solitude.
Osons-nous savourer un vers de Verlaine qui voltige, derviche au vent de Novembre? Où est la joie de se laisser ravir par la beauté, curieux de voir si la lune sur le clocher jauni est un point sur un i ? Est-il possible de ressentir quelque chose, l’odeur verte de la mer, l’orée d’un regard ?
Nous ne savons plus allumer que des smartphones qui nous épient jour et nuit.
Saurons-nous allumer nos briquets aux étoiles ?


                                                       Mich’ Elle Grenier  Septembre  2015